Compost : recyclez vos déchets… et économisez

Dès que vous consommez des fruits ou des légumes, ou d’autres aliments, vous pouvez décider d’en conserver les restes ou les épluchures afin de pouvoir obtenir du compost, et ce quelle que soit la saison !

Produit naturel et facile à obtenir chez moi, déjà adopté par 34% des ménages français, le compost permet dans un premier temps de ressourcer la terre. Plus encore, il a pour rôle d’agir comme un engrais naturel. En effet, les déchets naturels que nous produisons avec notre consommation peuvent nous permettre de développer du compost et ainsi, favoriser le cercle vertueux du recyclage. Et il vous permettra de réaliser indirectement des économies !

Méfiez-vous des préjugés sur le compost !

Le compostage ne vous coûtera rien de plus qu’un peu de votre temps libre ! Rien de difficile, de cher et pas de désagrément ! Vous souhaitez avoir plus d’informations sur ce que cela va vous demander ou si une gêne peut survenir de sa mise en place ? Nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

Le compost vous coûtera… 0 €

Comment cela est-il possible ? Pour la simple et bonne raison qu’en fabriquer ne vous coûtera rien une fois que vous serez doté(e) d’un composteur ! Ce dernier sera simplement alimenté par certains restes de repas, les épluchures, déchets verts, papiers et cartons à recycler…

En France, c’est 10 millions de tonnes de nourriture jetées chaque année, soit 16 milliards d’euros et 109 € par personne. Plus encore, cela représente 150 kg de nourriture par an par habitant en France. Découvrez ici, un détail des chiffres étant concernés.

Vous trouvez que ça fait beaucoup ? Nous aussi alors laissez-vous tenter et découvrez le compostage !

Comment composter ?

Existe-t-il un environnement précis pour composter ?

La réponse est non, simple comme bonjour n’est-ce pas ? En effet, le compostage ne nécessite pas un environnement pour se former ou une période saisonnière précise. Il suffit d’avoir les outils ou un espace dédié pour pouvoir faire du compost. Ainsi, que ce soit à la campagne ou en ville, tout le monde peut créer son propre compost.

Néanmoins, quelques conditions sont nécessaires quant à sa réalisation. En effet, en dehors de la saison estivale, il est préférable de définir un emplacement protégé des intempéries, mais permettant également de recevoir la chaleur du soleil.

Quelles sont les machines/outils pour composter ?

Premièrement, il vous faudra des déchets à composter, provenant de vos usages personnels (reste de nourriture, papiers et cartons, …). Dans un second temps, il vous faudra une installation spécifique à la création du compost : le composteur sert à la fois à réaliser le compost, et à le stocker avant de l’utiliser. En effet, l’entretien et l’obtention du compost se fait 4 à 6 mois après avoir débuté le processus. Il vous faudra ainsi récupérer un composteur adapté à votre habitation (appartement ou maison avec jardin). Plusieurs solutions s’offriront à vous :

  • L’achat d’un composteur adapté à votre environnement :
Un composteur enneigé.

Les tarifs sont divers et variés, allant d’une dizaine d’euros à plus d’une centaine d’euros. En effet, ces tarifs évoluent entre la typologie des composteurs que vous recherchez (composteur pour balcon, terrasse ou encore, pour jardin), mais également au regard de leurs contenance (comptabilisée en litres).

  • La construction d’un composteur par vos propres moyens.

Aucun des composteurs présents sur le marché n’attire votre attention ? Pas de problème, faites sortir le bricoleur qui est en vous pour créer votre propre composteur. Plastique ou bois, tous les matériaux sont bons pour être utilisés pour créer un composteur. Néanmoins, il vous faudra respecter des caractéristiques pour avoir un composteur agréable d’utilisation au quotidien. En effet, lorsque vous créerez votre composteur, n’hésitez pas à mettre un couvercle, des espaces pour laisser le compost respirer puis finalement, un filet permettant de retenir le contenant de votre compostage.

Découvrez par exemple ici, un tuto vidéo et ici, un tuto écrit pour vous aider à créer votre propre composteur.

  • D’autres objets pouvant faire office de contenant tels que des bacs à rangement qui peuvent être achetés dans n’importe quelle grande surface.

Vous ne souhaitez pas vous embêter à construire ou acheter un composteur ? Encore une fois, pas de problème. En effet, chaque problème à sa solution. Pour se faire, vous pouvez vous tourner vers des bacs de rangement ou d’autres objets pouvant contenir des produits.

  • Quelle(s) différence(s) entre un composteur et un lombricomposteur ?

Il n’existe pas de réelle différence entre un composteur et un lombricomposteur. En effet, lorsque vous regardez leurs définitions respectives, les deux permettent de recycler vos déchets en favorisant le processus de compostage.

Ces derniers se distinguent sur leurs formats, mais également au regard de la rapidité d’obtention du compost qui est un peu plus rapide que le composteur simple, qui lui prend 4 à 6 mois. Le compost issu d’un lombricomposteur permet d’obtenir un compost plus stable et plus facile d’assimilation pour les plantes. Comme son nom l’indique, le lombricomposteur fait appel à des lombrics, et il a l’avantage de ne pas émettre d’odeur si le compost est bien entretenu. Le composteur traditionnel est plus encombrant et son efficacité repose sur les micro-organismes présents naturellement dans le sol.

Que vous optiez pour un composteur ou un lombricomposteur, les composts obtenus vous satisferont… ainsi que vos plantes !

Un composteur en bois placé dans un jardin.

Un lombricomposteur d'appartement placé dans une cuisine.

Peut-on composter soi-même ?

Le fait d’assurer la gestion d’un composteur n’est pas la tâche la plus difficile. En effet, tous types de personnes peuvent participer au compostage : les enfants, adolescents et adultes, tout le monde peut y trouver son compte.
L’un des seuls points sur lesquels une hésitation peut survenir, est au regard du choix ou des matières premières à utiliser pour obtenir du compostage. Voici ci-dessous une sélection de déchets utilisables pour obtenir du compost :

  • Les matières dites “vertes” :
    • Les épluchures et les chutes de légumes et de fruits (hors agrumes)
    • Le marc de café.
    • Les sachets ou les feuilles de thé (hors emballage synthétique).
    • Des fleurs fanées.
    • Si vous avez un jardin, vous disposez d’une source importante de matière verte. En effet, dès lors que vous tondez votre gazon, laissez les coupes sécher, ceci vous permettra de faciliter l’entretien du compost.
    • Le restant de votre récolte du potager ou de vos terres tels que des trognons de fruit, des fanes, des pieds de plant fanés, …
    • De la mousse végétale et des mauvaises herbes.
  • Les matières dites “brunes ou sèches” :
    • Tous les papiers ou cartons usés et tissus cellulosiques. Pour se faire, il sera néanmoins nécessaire de déchiqueter les éléments afin de faciliter leur décomposition.
    • Si vous entretenez régulièrement votre jardin, n’hésitez pas à garder les chutes de vos broussailles et de vos branches. Elles sont pleines de carbone, ce qui favorise le compostage.
    • N’hésitez pas à ajouter des copeaux et des frisures de bois. Néanmoins, il ne faudra pas qu’il s’agisse de copeaux ou de frisures peintes.
    • Vous pouvez également trouver sur le marché, des emballages avec un label “compostable”.
Matières brunes ou sèches utiles pour effectuer un compostage complet.
Tout comme vos jardins, les branchages et les feuilles issues des arbres, buissons, … jouent un rôle dans le compostage
  • Les autres matières pouvant être compostée, en prenant compte de certaines précautions :
    • Les coquilles d’œufs ou encore les restes d’os peuvent être de la partie. Néanmoins, ceux-ci sont peu conseillés du fait de la lenteur de décomposition, mais également de la dureté des déchets qui nécessitent un écrasement.
    • Vos restes alimentaires cuits. Ceux-ci sont également peu conseillés de par la difficulté pour les mettre en place dans un compostage. En effet, il faudra les placer en plein cœur du composteur, là où il fait le plus chaud afin de ne pas impacter le compostages des autres éléments.
Un pique-nique pouvant fournir des déchets pour votre compost.
Tout ne peut pas être composté, notamment les restes de repas, rarement compatibles.

Quelles sont les étapes pour composter ?

Il n’existe pas à proprement parler d’étapes à respecter pour faire du compost. Néanmoins, si nous devons cibler un commandement à suivre pour réussir son compostage, nous vous recommanderions de suivre ces 3 conseils :

  • Assurer un équilibre entre les catégories de déchets :

Tout bon compostage réside sur un équilibre entre les matières dites “vertes” et les matières dites “brunes ou sèches”. Le bon équilibre réside entre un partage à hauteur de ⅔ pour les matières vertes et pour ⅓ pour les matières brunes. De plus, il ne faut pas hésiter à diversifier les matières premières des matières dites vertes ou brunes. Ceci permet de diversifier les minéraux et d’avoir un compost plus fourni.

  • Assurer une humidité suffisante pour le bon fonctionnement du processus de compostage :

Pour assurer un confort à tous et le bon fonctionnement du processus de compostage, il faut qu’il y ait un certain degré d’humidité. En effet, si le temps est sec, le contenu du compost le sera également, il faudra donc verser un peu d’eau pour relancer le processus. Dès lors que le compostage est trop humide, celui-ci créera des odeurs peu agréables. Pour pallier ce problème, n’hésitez pas à ajouter des matières brunes, qui viendront absorber le trop plein d’humidité.

  • Assurer une bonne aération du compostage pour obtenir un bon rendement :

Ceci permet d’assurer une bonne oxygénation du compostage, ce qui favorise le compostage. En effet, plusieurs matières organiques viennent renforcer l’apport en minéraux du compost.
La mission est simple à réaliser. Pour se faire, il vous suffit de remuer de temps en temps le compost pour pouvoir aérer toutes les parties de ce dernier.

Le compost a un impact positif

La récolte d'un potager

Moins de déchets grâce au compost

En créant votre propre compost, vous participez à la baisse de la pollution ménagère. En effet, ceci vous permet de recycler vous même vos propres déchets, mais également de mieux consommer.
Allant dans le cadre de la baisse des déchets ménagers, ceci vous permettra également de réduire la moyenne des déchets des ménages français concernant le gaspillage alimentaire.

Le compost ressource la terre

Recyclez vos déchets

Quoi de mieux que le compostage pour réduire ses déchets et leurs impacts sur notre environnement ? En effet, quel que soit le type de votre habitation, appartement ou maison à jardin, tout le monde peut réduire ses déchets ou participer à la réduction des déchets. Ceci peut passer par la gestion de nos déchets, en privilégiant les cercles du recyclage, et en recyclant nous-mêmes nos déchets, selon les possibilités réalisables.

Disposez d’un bon engrais

Dans le cadre de l’entretien de vos jardins ou encore, de la mise en place de jardinières sur le rebord de vos fenêtres, vous avez forcément dû faire appel à l’utilisation d’engrais ou de terreau.

Avec le compost, vous disposerez d’un engrais naturel, issu de vos propres déchets, sans qu’il n’y ait eu d’ajout d’additif externe chimique. En effet, étant composés de matière verte et brune, ceux-ci ont été obtenus naturellement.

Le compost joue le même rôle qu'un engrais chimique.

Dans un second temps, ceci permet également d’être un acteur du cercle vertueux du compostage : consommer pour ensuite recycler, puis utiliser le compost pour produire des fruits ou légumes nécessaires à votre consommation. Néanmoins, le produit principal du compostage n’est pas l’unique produit issu du processus. En effet, il existe également le “thé de compost”.

Le “thé de compost” provient du compostage et plus précisément, des liquides issu du compostage. En effet, certains composteurs permettent également de filtrer les résidus provenant de la matière principale du compost. Ceci procure donc au propriétaire du composteur, un liquide riche en minéraux, en bactéries et en champignons qui sont utiles pour faire grandir les plantes. Généralement, ceux-ci sont utilisés pour asperger les plantes afin de leur donner plus de vitalité.

Des économies grâce au compost

Consommez moins

Commençons par le commencement. En effet, il serait légitime de se poser la question afin de savoir comment ceci pourrait nous aider à réaliser des économies. Quel que soit le nombre de personnes au sein de votre foyer, toutes et tous peuvent être impliqués dans la quantité des produits étant consommés. En effet, en prenant en compte le processus du compostage, vous pouvez vous faire une idée de tout ce qui est consommé au sein d’un foyer, mais également de tout ce qui peut être superflu.

Pour ainsi dire, le compostage représente le premier pas vers une consommation plus respectueuse de l’environnement. Ceci peut concerner le sujet alimentaire, mais également les sujets du quotidien (emballage plastique ou papier, utilisation de papier, sac de course, …), quel que soit votre lieu d’habitation.

Consommez mieux

La création d’un processus de compostage grâce au lombricomposteur ou composteur, vous permettra de prendre conscience de la répercussion de vos actes quotidiens sur l’environnement. Plusieurs réponses à ces problématiques ont été relevées. En effet, il peut avant tout y avoir une baisse de la consommation, mais aussi un meilleur usage des objets du quotidien :

  • L’utilisation de sac réutilisable pour vos courses ou pour tout autres usages,
  • L’achat de produit avec des emballages moindres,
  • La réutilisation de sac plastique et carton à usage unique pour tout autre usage,
  • Faire attention à votre consommation énergétique, que cela soit en eau, en électricité ou avec une autre énergie.

Dans un tout autre registre, vous pouvez également vous restreindre à consommer des produits de saison ou encore, des produits issus de producteurs locaux. Ceci permet d’agir plus rapidement et plus efficacement sur l’empreinte carbone. En effet, en 2020, le taux de l’empreinte carbone d’un français était de 9.15 tonnes de CO²e/an. Ceci prenant en compte, notre consommation énergétique, alimentaire, … ainsi que les impacts pouvant y être assimilés. 

Une consommation responsable vous permettra d'entrer dans un cercle vertueux.

Dès lors que vous décidez de vous ravitailler chez des producteurs locaux, vous permettez de réduire très fortement les émissions de gaz à effet de serre. A cela, il faudra prendre en compte les fruits et légumes de saison. Voici un exemple : si l’on consomme 1 kg de carottes cultivées en Afrique du Sud, leur transport jusqu’à la France a émis environ 5 kg de CO2. Lors de l’achat de carottes issues de la production française, cette empreinte carbone s’élève à 0.31 Kg de CO²e.

Néanmoins, nous vous l’accordons, la plupart des produits importés peuvent disposer d’une empreinte carbone plus faible que celle d’une production locale. Si nous prenons l’exemple des tomates bretonnes, celles-ci demandent plus d’apport énergétique. En effet, l’ADEME montre lors d’une étude, que l’empreinte carbone d’une tomate cultivée au sein d’une serre étant chauffée avec du carburant en Bretagne est 4 fois supérieure à celle d’une tomate qui serait produite et importée en camion depuis l’Espagne.

Vous l’aurez compris, outre l’aspect circuit court, privilégiez les bons choix de produits lors de vos futurs achats ou encore, essayez de vous limiter à l’achat de produits de saison.

Découvrez ou redécouvrez les produits du potager

Avoir la main verte vous plaît ? Vous souhaitez aller plus loin en créant votre potager ? Pas de soucis, tout reste possible, que vous ayez un jardin, un balcon ou des rebords de fenêtre ! En effet, l’usage du terreau additionné au compost, vous permet de produire des fruits et légumes tout au long de l’année. Néanmoins, afin de respecter le bon fonctionnement de cette production et d’en réduire l’empreinte carbone, il est nécessaire de planter des fruits et légumes de saison. A titre d’exemple, voici des propositions à réaliser pour vos futures plantations :

Potager entretenu en été.
Entretenez votre potager en toute saison !
  • Lors de l’été, laissez-vous convaincre par des concombres, des haricots verts, des myrtilles, des framboises ou encore, des tomates ou des pêches.
  • Lors de l’automne, laissez-vous tenter par des figues, des raisins, des kiwis ou encore, des carottes ou des radis.
  • Lors de l’hiver, faites pousser vos pommes de terre, vos oignons ou des choux. Vous découvrirez ensuite de superbes spécialités culinaires.
  • Lors du printemps, réalisez vos propres confitures en faisant pousser des cerises et des fraises. Ne vous limitez pas qu’aux fruits et faites pousser des aubergines.

Réduisez les frais d’entretien de votre jardin !

Encore une fois, la réponse réside dans le compostage. De plus, ceci est également valable pour les jardinières d’un appartement. En effet, lors de la mise en place d’un potager dans votre jardin ou dans une jardinière d’appartement, plusieurs produits peuvent être nécessaires. Parmi ceux-là, nous pouvons trouver :

De l'engrais et du terreau, vital pour le développement des plantes.

Le terreau et l’engrais



Le désherbant

De l’insecticide

Vous l’aurez compris, la liste est longue et la facture peut l’être tout autant. Ainsi, lorsque nous en revenons au rôle du compostage, celui-ci est multiple et son coût peut être nul ou très facilement amortissable au fil du temps. En effet, la matière première que vous utiliserez lors de la fabrication de votre compostage, sera ici issue de vos quotidiens et plus précisément, de vos repas. Dans un second temps, il ne s’agira que des coûts concernant l’achat du (lombri)composteur, en fonction de sa contenance et de sa typologie.

Le compost joue donc le rôle d’engrais naturel, pouvant dans certains cas, remplacer les insecticides ou autres produits chimiques. En effet, dans le cadre de plantation ou de création de jardinières, ceci permettait de ressourcer la terre et d’apporter une nouvelle source de minéraux aux plantations !

En d’autres termes, vous rendez un petit peu de ce que vous lui avez pris pour obtenir les fruits et légumes utilisés pour votre consommation.

La porte d’entrée vers de nouvelles habitudes

Des personnes se déplaçant à vélo en ville.
Laissez-vous tenter par le vélo !

Le covoiturage

Le changement de nos habitudes ne concerne pas uniquement la partie alimentaire de nos vies, bien que cette dernière soit tout aussi importante. En effet, vous pourriez vous laisser tenter par de nouvelles habitudes de déplacement – pour rappel, le transport est le premier émetteur de gaz à effet de serre en France.

Si vous recherchez du confort et un moyen de transport tout aussi fiable que les transports en commun traditionnels, alors découvrez le covoiturage domicile-travail. En France, plusieurs applications vous permettent de découvrir des lignes de covoiturage sans réservation. Celles-ci vous accompagnent au quotidien, que vous soyez conducteur ou passager.

Un équipage de covoiturage.

Que cela soit avec les applications de Lane ou de Covoit’ici, les passagers se déplacent gratuitement (sur la plupart des lignes) tandis que les conducteurs reçoivent une indemnisation pour la mise à disposition de leurs sièges libres (dans la plupart des cas).

Convaincu ? Devenez un acteur de demain en participant à la baisse de la pollution et de la congestion routière dans votre région.

Manger moins de viande et de poisson

Sur un autre registre, vous pouvez procéder à une baisse de la consommation de viande et de poisson. Plusieurs éléments peuvent être observés en amont de la consommation de viande.

En effet, la production de viande animale représente aujourd’hui une importante part de l’empreinte carbone des ménages, mais également de l’empreinte carbone de la France. A titre d’exemple, la viande rouge (bœuf et agneau), dispose d’un impact carbone de 650 kg/an/personne en France. La viande blanche représente une part importante également avec 200 kg/an/personne en France.

Les solutions sont rares dans le cas où vous ne pouvez pas vous passer de viande. En effet, nous préconisons le contrôle des quantités utilisées, mais également de ne pas jeter les restes. En gardant ces restes, vous pourrez disposer d’un repas pour le lendemain, qui vous servira pour le midi ou le soir même.
Sachant que les repas à base de viande sont impossible à composter, nous vous conseillons principalement de faire attention aux quantités, mais également d’en garder les restes !

Super Patelin - 8 gestes simples pour lutter contre le réchauffement climatique

Vous voulez aller encore plus loin et changer drastiquement vos habitudes ? Découvrez ici, notre article issu des conclusions les plus récentes du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat).
Nous vous laissons découvrir quelles sont les préconisations concernant les gestes du quotidien pour que chacun d’entre nous puisse agir en faveur du climat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi apprécier...